Série télévisée : l’histoire sans fin selon Marc Herpoux

By 4 janvier 2016Actualité
Marc Herpoux au Storycode Bordeaux

Invité du CATS au Storycode Bordeaux du 18 novembre, Marc Herpoux, scénariste de Pigalle, la nuit et Les Témoins, a présenté sa vision du feuilleton dans les séries télévisées.

Les Oubliées, créée par Hervé Hadmar et Marc Herpoux

Les Oubliées, créée par Hervé Hadmar et Marc Herpoux, et diffusée du 19 janvier au 2 février 2008 sur France 3. (Source : Allociné)

Marc Herpoux est connu avoir créé, en collaboration avec Hervé Hadmar, Les Oubliées, série diffusée en 2008 sur France 3. Les deux auteurs continuent leur collaboration sur Pigalle, la nuit, diffusée en 2009 sur Canal+, puis Signature, diffusée en 2011 sur France 2. Les Témoins, série télévisée avec Thierry Lhermitte et Marie Dompnier diffusée en 2015 sur France 2, constitue la quatrième collaboration entre Hervé Hadmar et Marc Herpoux. Il est également professeur d’analyse filmique à Créapôle et intervenant en scénario à La Femis, comme au CEEA.

Marc Herpoux commence son intervention au Storycode Bordeaux par une confession : Les Oubliées, sa première série télévisée en collaboration avec Hervé Hadmar, n’est pas vraiment une série ! Il s’agit en fait d’un long film de 6h découpé en plusieurs chapitres. L’exercice permet de l’initier à l’écriture scénaristique, mais elle ne constitue pas un “feuilleton” à proprement parlé. Mais alors, qu’est-ce qu’un feuilleton ?

Répétition et évolution : le paradoxe du feuilleton

Contrairement à l’aspect unitaire d’un film ou d’un livre, c’est-à-dire avec un début, un milieu et une fin, la série télévisée est pour Marc Herpoux un rendez-vous sans fin dans lequel on – l’auteur comme le spectateur – retrouve des personnages, des contextes, des situations et une alchimie. Les multiplication des protagonistes, des points de vue et des intrigues constituent l’ADN de la narration sérielle. Dans son processus d’écriture, l’auteur de série télévisée doit non pas penser en intrigue – “qu’est-ce que je raconte ?” -, mais un concept qui doit à la fois se répéter et évoluer. Paradoxe !

Pigalle, la nuit, série télévisée créée par Hervé Hadmar et Marc Herpoux

Pigalle, la nuit, série télévisée créée par Hervé Hadmar et Marc Herpoux, et diffusée du 23 novembre au 14 décembre 2009 sur Canal+. (Source : Wikipedia)

Ce plaisir feuilletonnant trouve ses origines dans la littérature du XIXe siècle, en particulier chez Charles Dickens, adepte des cliffhangers. Le problème c’est qu’au XXIe siècle, il est difficile de faire accepter aux diffuseurs français l’idée d’une série sans fin. La tyrannie du format unitaire oblige l’auteur de série télévisée à proposer une fin à une oeuvre qui, par nature, n’en a pas. A cette contrainte s’ajoute celle de la ligne éditoriale des diffuseurs qui diffère d’une chaîne à l’autre. Par exemple, TF1 et France Télévision veulent viser un public large de 7 à 70 ans en prime time tandis que Canal+ a une ligne éditoriale qui se focalise sur trois thématique : sexe, violence et corruption. Pigaelle, la nuit n’aurait ainsi pas pu être diffusée sur France 2 !

D’après Marc Herpoux, certains dispositifs ne se prêtent toutefois pas au feuilletonant comme les séries policières ou, pour prendre un exemple concret, Prison Break. Prison Break était était une série construite de façon unitaire, car toute l’intrigue tourne autour de l’évasion planifiée par Michael Scofield, or lorsque les personnages sont en cavale, la série se boucle elle-même et tourne en rond. La série est incapable d’évoluer, car elle n’a pas été pensée comme tel.

Le feuilleton en série télé ne peut pas se clore, car l’auteur ouvre constamment des portes vers de nouvelles intrigues et sujets que l’auteur souhaite aborder.

Retrouvez l’intégralité de l’intervention de Marc Herpoux au Storycode Bordeaux dans cette vidéo :